Liste des articles publiés

Choisissez une rubrique | Cliquez sur le titre de l'article pour le lire dans son intégralité.

1 - 15 sur 29 article(s) trouvé(s)


Article publié en Mai 2022
Souverainté et démocratie à l'épreuve de l'Europe

 

Aujourd’hui force est de constater que la souveraineté de l’Etat Nation est une illusion . Il y a des problèmes qui ne peuvent être traités qu’au niveau européens, d’où la nécessité de penser la souveraineté européenne.Les opposants à la reconnaissance d’une possible souveraineté européenne s’appuient sur l’argument qu’il n’y a pas de peuple européen et que l’avènement d’une telle idée est impossible à envisager.



Article publié en Décembre 2021
L'individu, pas si seul

Résumé

Face aux défi s écologiques, sociaux et économiques engendrés par notre mode de développement, il est vital de changer notre manière d’être au monde. Plusieurs visions de l’individualisme s’entrechoquent. Retour sur une notion philosophique polysémique.

https://www.revue-projet.com/



Article publié en Juillet 2021
L'individualisme en Occident, Une manière d'être au monde

Résumé

L’aspect positif de la pandémie est d’avoir révélé au grand jour la fragilité de nos sociétés. La question de la liberté de l’individu s’est alors posée dans nos sociétés modernes, bâties depuis le XVIIe siècle, sur la nécessaire croissance économique et l’expansion d’une forme de capitalisme qui ressemble de plus en plus à une fuite en avant.



Article publié en Juin 2021
Autour de l'individualisme

Interview avec Dominique Bourg, professeur de philosophie, spécialistes des questions environementales

 



Article publié en Janvier 2020
La science économique questionnée par la biologie. La coopération, principale source d'innovation du monde vivant

 

Dans l’histoire de l’évolution, la coopération et notamment la symbiose microbienne a été une source infinie d’innovations. Dans chacune des espèces, les groupes les plus coopératifs sont ceux qui survivent le mieux. La croissance des inégalités est la principale cause de l’effondrement de la cohésion d’un groupe. Les différents processus de coopération au sein du monde vivant interrogent la théorie de l’évolution mais aussi la science économique qui mettent en avant la compétition comme force dominante. Ces processus nous obligent à changer notre vision du monde et de la place de l’être humain dans le monde, héritée des Lumières et de la modernité. Face aux enjeux de la transition écologique, nous avons maintenant à notre disposition les dynamiques et les concepts pour repenser la science économique.

 



Article publié en Janvier 2019
« Il faut rompre avec la théorie économique dominante »

Un litre de gazole et un litre de Coca-Cola ont aujourd’hui quasiment le même prix, mais ont-ils la même valeur économique ?  Pour la pensée économique dominante, qui enseigne que la valeur économique des biens et des services est donnée par leur prix, le litre de gazole et le litre de Coca ont bien la même valeur économique. . La révolte des « gilets jaunes » témoigne avec force qu’un litre de gazole n’a pas la même valeur économique pour chacun d’entre nous : par exemple, il a plus de valeur pour une personne payée au smic et qui n’a pas d’autres moyens de transport que sa voiture que pour une personne ayant le même revenu mais pouvant utiliser des transports en commun.



Article publié en Juin 2018
L'homo économicus formaté par le marché n'est pas notre vraie nature. Qui sommes nous ?

Les discours économiques, les slogans publicitaires tentent de nous enfermer de plus en plus dans le comportement de l’homo économicus . L’émergence actuelle d’un nouveau monde révèle une autre représentation de la place de l’homme dans le monde,  l’homo empathicus. Certaines pratiques culturelles peuvent aider à ressentir le bien-vivre avec l’énergie de l’empathie et à changer ainsi notre vision du monde.

Ci-joint la présentation en power point de la conférence que j'ai animée, avec Liliane Perrin et Florence Barthe, dans le cadre du "Forum international pour le bien vivre" , Grenoble les 6-7-8 juin 2018



Article publié en Juin 2017
La valeur sociale du carbone, une innovation de la pensée économique ?

Le propos de la présente contribution est de montrer que la notion de valeur sociale du « carbone non émis dans l’atmosphère » - que la COP 21 a appellé de ses vœux - peut être considérée comme la manifestation d’une nouvelle conception de ce que pourrait être la valeur économique. Dans cette nouvellé conception de la valeur, il s’agira de préciser ce que pourrait être une « valeur économique sociale» du carbone et non plus « une valeur sociale, économique et environnementale» comme le suggère l’accord de Paris.



Article publié en Octobre 2016
Être des tisserands du Triple Lien : à soi, aux autres, à la nature

Être des tisserands du Triple Lien « pour réparer ensemble le tissu déchiré du monde », c’est à quoi nous invite le philosophe des religions Abdennour Bidar, dans son livre Les Tisserands publié en 2016. L’objectif de cet ouvrage est de nous aider à réfléchir, d’une manière simultanée, sur trois relations, ou trois liens qui nous permettent de construire notre individuation : la relation à nous-mêmes (domaine de l’éthique, de la philosophie, du spirituel), la relation à autrui (domaine de la famille, du social, du politique), la relation à la nature (domaine de l’écologie). Généralement nous abordons ces domaines séparément ou au mieux par deux. On pourrait nommer ce livre : la culture du lien, la civilisation du lien.Abdennour Bidar situe l’action des Tisserands dans la lignée des « Créatifs Culturels » ; cette expression a été créée par un sociologue et une psychologue, Paul H. Ray et Sherry Ruth Anderson, auteurs de l’ouvrage « The Cultural Creatives: How 50 Million People Are Changing the World ». Ce livre sur les Créatifs Culturels aux Etats-Unis, est le résultat de douze années d’enquêtes menées dans les années 1990 auprès de 100.000 américains.

 



Article publié en Janvier 2016
Pour une spiritualité laïque, à l'écoute du rappeur Abd Al Malik

Le thème de la laïcité est revenue avec force durant l’année 2015, après les attentats à Charlie Hebdo et à l’Hyper Carcher de la porte de Vincennes et les grands rassemblements républicains, notamment celui la Place de la République, à Paris en janvier et malheureusement de nouveau le 13 novembre après les tueries au Bataclan et dans des cafés restaurants parisiens. Dans le renouveau des débats actuels sur la laïcité, une place particulière devrait être accordée  au livre « Place de la République, pour une spiritualité laïque » du rappeur Abd Al Malik publié en février 2015.



Article publié en Janvier 2015
L' homo economicus n'est pas notre vraie nature

Les approches critiques du modèle de l’homo économicus qu’elles soient le fait d’économistes, de psychologues, de sociologues, de philosophes, ne sont pas nouvelles, bien que ce modèle soit celui qui continue à structurer la pensée économique dominante et à fonder de nombreuses décisions et politiques économiques. Mais la nouveauté aujourd’hui est l’éclairage apporté par des développements scientifiques récents - dans les domaines notamment des neurosciences, de la biologie, de la psychologie expérimentale - qui remettent en cause ce modèle. En effet différents résultats de recherches scientifiques tendent à montrer que notre vraie nature serait non pas la poursuite égoïste de notre seul intérêt, mais, au contraire, nous nous serions construits corporellement et mentalement - tout au long de notre longue évolution biologique - pour vivre des relations d’empathie, d’altruisme, de compassion. C’est sur la base de ces nouvelles connaissances scientifiques que notamment Matthieu Ricard, moine bouddhiste a construit son ouvrage « Plaidoyer pour l’altruisme» et que l’économiste américain Jeremy Rifkin a tenté de faire l’histoire de l’évolution de « l’homo empathicus », dans son ouvrage « Une nouvelle conscience pour un monde en crise, Vers une civilisation de l’empathie » .



Article publié en Janvier 2013
Y a t-il une place pour une réflexion spirituelle dans la pensée et l’action économiques ? Un point de vue à partir de la pratique du Hata Yoga

 

Notre mode de développement ne peut pas se généraliser à l’ensemble du monde principalement pour des raisons écologiques.  La principale cause de cette impasse est due à notre manière de considérer ce qu’est la richesse économique.  Pour être plus riche, il nous faut toujours produire plus et consommer plus.  (1ère partie). Pour nous aider à initier et à mettre en œuvre la mutation que nous devons entreprendre individuellement et collectivement, il nous faut découvrir que la nature est d’abord ce qui constitue notre corps, ce qui construit la base matérielle et énergétique de notre être sur cette planète Terre. La nature, c’est plus que l’environnement dans lequel nous développons nos activités notamment économiques, c’est  notre corps et c’est plus fondamentalement c’est le souffle, la force de vie qui habite chaque être (2ème partie).



Article publié en Juin 2012
Crise économique et croissance de la pratique du Yoga !

En Grèce, en mai 1912 a eu lieu, en pleine crise économique grecque, la foire du livre de Thessalonique . Les manuels de yoga ont été les rares ouvrages qui ont résisté à la tempête – en dehors de ceux qui portaient sur la crise . Aux Etats-Unis, durant les années 2010- 2012, plusieurs agences de presse américaines ont noté que la fréquentation des salles de yoga  était en forte croissance malgré la crise économique.



Article publié en Novembre 2011
Rappels historiques sur la financiarisation de l’économie. La deuxième guerre mondiale et la volonté d'édifier un nouvel ordre international

« C’est à Philadelphie, le 10 mai 1944, qu’a été proclamée dans le cadre de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), la première Déclaration des droits à vocation universelle. Le texte de cette déclaration avait pour objectif de définir le buts et les objectifs de l’OIT « pleinement applicable à tous les peuples du monde (..) dont devraient s’inspirer la politique de ses membres ».



Article publié en Mars 2011
Repenser la valeur économique pour concevoir d’autres modes de développement

Les catastrophes écologiques, la croissance des inégalités sociales provoquées par le mode de développement initié par les pays industrialisés nous obligent à essayer de concevoir d'autres modes de développement. Pour cela il nous faut repenser le système de références qui a servi à concevoir notre mode actuel de développement. L'objectif de cet article est de suggérer des orientations de recherche sur ce que devrait être la valeur économique pour prendre en compte les défis écologiques et sociaux de ce début de millénaire.

Pages