Liste des notes de lecture rédigées/publiées

Choisissez une rubrique | Cliquez sur le titre d'une note pour la lire dans son intégralité.

1 - 15 sur 35 notes(s) de lecture trouvée(s)


Note rédigée en Novembre 2016
Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie

Le dispositif néolibéral a, depuis la crise de 2008, un caractère systémique, qui rend toute inflexion des politiques menées difficile, voire impossible, c’est cette raison politique unique qui s’impose aux partis de droite comme de gauche. « Le néolibéralisme ne cesse, par les effets d’insécurité et de destruction qu’il engendre, de s’autoalimenter et de s’autorenforcer. Tenter de comprendre comment, telle est l’ambition du présent essai ».



Note rédigée en Juillet 2016
Les Tisserands. Réparer le tissu déchiré du monde

« Dans la Grande Bataille qui vient de s’engager dans tous les domaines entre ceux qui déchirent et ceux qui tissent », l’objectif du livre  « de réinscrire le monde des hommes dans une grande histoire collective, de nous remettre tous sur un grand chemin de sens » (p. 18). Pour préciser ce qu’il appelle Tisserands, Bidar fait référence aux enquêtes sur les "nouveaux créatifs culturels".



Note rédigée en Novembre 2015
Sapiens, une brève histoire de l'humanité

L’auteur essaie de répondre à la question : comment l’espèce humaine Homo sapiens appartenant à la famille des singes a réussi à dominer la planète. Rappelant que l’Homo sapiens ne fut qu’une espèce humaine parmi d’autres, la question devient comment l’Homo sapiens a-t-il pu envahir toute la planète Terre et éliminer les autres espèces humaines. L’hypothèse proposée est : « c’est avant tout par son langage unique qu’Homo sapiens a conquis le monde » et plus précisément par la spécificité de son langage lui a permis d’imaginer collectivement des fictions, de concevoir des  choses qui n’existaient pas ». Trois grandes révolutions ont marqué l’histoire de notre espèce : la révolution cognitive (il y a 70 000 ans) avec l’émergence du langage fictif ; la révolution agricole (il y a 12 000 ans) avec la domestication des plantes et des animaux ; la révolution scientifique (il y a 500 ans).



Note rédigée en Septembre 2015
Les irremplaçables

C’est un livre de réflexion sur la modernité «  au sens où l’homme invente un peu sa liberté »  et plus précisément sur les délitements de la modernité.Il aborde de nombreux enjeux sociétaux d’aujourd’hui la démocratie, bien sûr mais aussi le pouvoir, le communautarisme, le populisme, l’éducation, « devenir parent », « faire famille », le deuil, l’exploitation capitalistique, le management par évaluation, les « commons », etc. La différence entre individuation et individualisme permet de jeter un regard nouveau sur ces différents enjeux sociétaux. 



Note rédigée en Juillet 2015
Tout peut changer, Capitalisme et changement climatique

Noami Klein croit au « pouvoir révolutionnaire du changement climatique ». Elle voit des signes avant-coureurs dans les mobilisations radicales contre l’extractivisme et les grands projets d’infrastructure, qui se multiplient aux quatre coins du globe. Le fait que les peuples indigènes jouent souvent un rôle clé dans ces mobilisations est pour Klein une source d’espoir, car ces communautés ont de leur rapport à la nature une vision autre que celle de la domination et du contrôle absolu, typiques, selon elle, de la culture occidentale depuis les Lumières.



Note rédigée en Mai 2015
Sous le voile du cosmos. Quand les scientifiques parlent de Dieu

Etre scientifique et religieux c'est  "essayer de pénétrer , avec nos capacités limitées, les secrets de la nature et pour découvrir que demeure, derrière les concaténations observables, quelque chose de subtil, d’intangible et d’inexplicable, c'est sentir que derrière tout ce que peut appréhender l’expérience, se trouve quelque chose que notre esprit ne peut saisir et dont la beauté et le sublime ne nous touchent qu’indirectement sous la forme d’un faible reflet, c’est le religieux »



Note rédigée en Mai 2015
Place de la République, Pour une spiritualité laïque

Le thème de la laïcité interroge de nouveau la société française ; ceci est à imputer notamment au fait que l’islam est devenu la deuxième religion de France et à la volonté de certains jeunes issus de l’immigration, à la recherche d’une référence identitaire, de revendiquer publiquement leur appartenance religieuse.  Dans le renouveau des débats actuels sur la laïcité une place particulière devrait être accordée  au livre « Place de la République, pour une spiritualité laïque » du rappeur Abd Al Malik publié en février 2015 par Indigène Editions qui ont aussi publié Indignez-vous de Stéphane Hessel.



Note rédigée en Mars 2015
Comment sortir de la religion

« Le retour du religieux n’est qu’un leurre. Les apparences n’y changent rien. Partout où  le religieux se maintient ou réinvestit des territoires perdus, il ne faut pas céder à l’illusion de son retour, ni croire qu’il serait une composante éternelle de la condition humaine ». L’objectif du livre est d’élucider les vraies raisons pour lesquelles le religieux doit mourir et donc de « comprendre pourquoi le sens de la sortie de la religion au-delà de ce que l’Occident a su en dire ». 



Note rédigée en Février 2015
Emanciper le travail

L’objectif de l’ouvrage est de montrer que le projet d’émanciper le travail est réalisable, c’est-à-dire qu’il est possible « d’exproprier ceux qui nous imposent leur pratique de travail, si désastreuse, (..) de sortir du statut de victime, de nous poser en candidats à la succession de la bourgeoisie dans la maîtrise de l’économie » . La voie proposée pour réaliser ce projet est nouvelle et inattendue : il nous faut remettre en avant les victoires de la classe ouvrière en matière de Sécurité sociale, de statut de la fonction publique, de la qualification dans les conventions collectives, « ces institutions que les réformateurs ont entrepris de détricoter depuis trente ans ». Il nous faut nous organiser pour construire la classe du salariat, « non pas défendre les institutions du salaire – ce qui est le début de la défaite, mais pour les généraliser dans le salaire à vie.



Note rédigée en Janvier 2015
Morceaux choisis dans plusieurs ouvrages de Thich Nhat Hanh

Thich Nath Hanh, moine bouddhidte et maître zen vietnamien : " Pour maintenir la Pleine conscience et prévenir la dispersion, nous nous servons d’un outil naturel : la respiration. La respiration est le pont entre la vie et la conscience, qui unit le corps et le mental. Chaque fois que votre esprit se dissipe, utilisez la respiration comme moyen de le ramener ici et maintenant "



Note rédigée en Novembre 2014
Plaidoyer pour l'altruisme, La force de la bienveillance

Au carrefour de la philosophie, de la psychologie, des neurosciences, de l’économie, de l’écologie, ce livre est le résultat d’un travail de recherche de cinq ans qui a amené Mathieu Ricard à rencontrer et à dialoguer avec de nombreux penseurs et chercheurs dont les conclusions et parfois les travaux sont présentés dans son ouvrage. Ce travail de recherche multidisciplinaire et mené en coopération avec de nombreux chercheurs montre que le développement de l’altruisme est le comportement à promouvoir et à privilégier pour essayer de répondre au plus grand défi de notre époque qui consiste à concilier les impératifs de l’économie, de la recherche du bonheur et du respect de l’environnement . « Pour que les changent vraiment, il faut oser l’altruisme ». Il démontre point par point que l’altruisme n’est ni une utopie, ni un vœux pieux, mais une nécessité, voire une urgence.



Note rédigée en Septembre 2014
L'illusion financière, des subprimes à la transition écologique

L’auteur se propose d’expliquer la crise financière et économique notamment dans la zone euro et qui a ses origines dans le krach financier de 2007 (le crédit subprime ou marché hypothécaire nord-américain des « ménages pauvres ») Le livre tente de répondre à trois questions : • Comment en sommes-nous arrivés là ? « La crise européenne n’est pas d’abord, une crise des finances publiques, mais une crise de la finance dérégulée » p.13 • Comment nous sortir de l’impasse ? Partant du constat que la contrainte énergétique compromet largement toute croissance tirée par l’augmentation de la consommation d’énergies fossiles : augmentation du déficit commercial, inflation (ce n’est plus la boucle prix-salaire mais le prix de l’énergie qui est le moteur de l’inflation) la voie de sortie est la mise en œuvre d’un programme de transition écologique. • Comment financer la transition écologique ? Une croissance verte tirée par des investissements privées est insuffisante, il faut une impulsion politique forte par-delà la logique financière de court terme.



Note rédigée en Juin 2014
La revanche de Dieu

Ce livre, écrit en 1991, montre que vers le milieu des années 1970, un nouveau discours et des nouveaux mouvements religieux prennent forme pour réaffirmer l’identité religieuse et pour redonner un fondement sacré à l’organisation de la société. Les mouvements religieux pris en compte sont : l’islam méditerranéen, la catholicisme européen, le protestantisme nord-américain et le judaïsme, en Israël comme en diaspora.



Note rédigée en Mai 2014
La Capture

Objectif du livre : Montrer que les intérêts financiers ont pris le pas sur l’intérêt général et que de nouvelles mesures de régulation sont nécessaires pour remettre la finance au service de la société.

« L’ambition de ce livre (de 130 pages) est de fournir quelques clés au citoyen désirant comprendre les enjeux du débat sur la réglementation financière et d’éviter que ce dernier soit capturé par une petite minorité à l’exclusion du plus grand nombre » Contrairement aux idées reçues, le débat sur la finance, bien que parfois technique, « reste compréhensible par une personne intéressée, même si son parcours personnel ne l’a jamais exposé au monde de la finance ».



Note rédigée en Mars 2014
L’économie du Bien et du Mal

Livre de Tomas Sedlacek

La science économique n’est pas une science positive,  qui décrirait le monde comme il est, la science économique n’est pas neutre à l’égard des valeurs. Plus globalement l’objectif du livre est de montrer que notre compréhension de l’économie dépend de notre vision du monde, de nos croyances, de nos cultures.

Pages