L’homo économicus

Le terme d’ « homo économicus » s’est imposé en économie depuis la fin du 19ème siècle avec la formulation de la théorie néo-classique qui est devenue depuis cette époque la théorie économique dominante. Pour ce courant de la pensée économique, l’homo economicus est une manière de se représenter et de modéliser l’individu dans la société. L’homo économicus a deux principales caractéristiques :

  • Il poursuit son seul intérêt particulier sans se préoccuper des autres
  • Il est parfaitement rationnel dans son comportement, dans ses choix 

L’homo économicus, comme un être poursuivant son seul intérêt avait été proposé par la théorie utilitariste, popularisée par le philosophe anglais Jeremy Bentham (1748-1832). Rappelons que selon cette doctrine, l’action humaine est la conséquence d’un calcul coût / avantage destiné à procurer le maximum de satisfaction pour un effort donné ; cette caractéristique de l’homo économicus plonge ses racines dans la conception matérialiste de la nature humaine prônée par les philosophes du siècle des Lumières et notamment par John Locke (1632-1704) : l’objectif de chaque individu est de s’assurer son bien-être et de s’incorporer le monde. C’est dans ce contexte de la pensée des Lumières qu’Adam Smith écrit son célèbre livre Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776).

Smith soutient l’idée que l’intérêt de la communauté, ou de la société, passe par l’égoïsme de chacun. «Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière ou du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme; et ce n’est jamais de nos besoins que nous leur parlons, c’est toujours de leurs avantages».

L’homo économicus , comme un être parfaitement rationnel, s’inscrit aussi totalement dans le siècle des Lumières qui avait l’ambition d’être le siècle du triomphe de la raison. Plus précisément, il correspond à la vision de la nature humaine décrite dans le Discours de la Méthode de Descartes : l’homme est doté d’une raison qui lui donne une place spécifique dans la création.

Pour plus de détails voir notre article L'homo economicus n'est pas notre vraie nature